Aller au contenu Aller au menu métier Aller au menu syndiat centre Hérault Aller aux liens divers
Le compost et vous ?
Le compost et vous ?
Page d'accueil  >  Le compost et vous ? Le compost, c’est quoi ?

Le compost, c’est quoi ?

 

Imprimer cette page (Nouvelle fenêtre)

Ce n’est pas l’homme qui a inventé le compostage individuel, mais la nature elle-même.

La domestication d’un phénomène naturel

Prenons l’exemple de la forêt où « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » (Antoine Lavoisier) : L’arbre perd ses feuilles qui recouvrent le sol autour de lui. Elles sont réduites à l’état microscopique sous l’action de la pluie, du soleil et des micro-organismes présents dans le sol. Elles forment une couche noirâtre de quelques centimètres : l’humus. L’humus libère progressivement les éléments nutritifs nécessaires à la croissance de l’arbre et ainsi se poursuit le cycle de la matière organique.

Avec le compostage domestique, l’homme ne fait qu’améliorer ce système en maîtrisant le phénomène naturel de la décomposition de la matière organique. Le compost qui ressemble étrangement à l’humus des forêts a les mêmes propriétés fertilisantes et structurantes pour le sol de notre potager ou de notre jardin d’agrément.

Comment se forme le compost ?

Comme pour l’humus de nos forêts, le compost est le fruit de l’action conjuguée d’une multitude d’êtres vivants, intervenant à différents stades de la décomposition des biodéchets et des déchets verts.

Bactéries
Bactéries

Ce sont des bactéries et des champignons, invisibles à l’œil nu, qui assurent l’essentiel de cette transformation. Naturellement présents dans le sol, ces micro-organismes sont attirés par la matière organique fraîche (biodéchets + déchets verts) présente dans le composteur. Elle constitue une source de nourriture qu’ils vont digérer et réduire progressivement en éléments nutritifs assimilables par les plantes.

Champignons
Champignons

D’autres organismes tels que les lombrics, les cloportes ou les collemboles participent aussi au compostage.

Pour que les micro-organismes se reproduisent rapidement, il faut que les conditions soient favorables : une bonne aération, un taux d’humidité de 50 %, un mélange équilibré de matières carbonées (brunes-dures-sèches) et de matières azotées (vertes-molles-humides)

L’activité des micro-organismes se traduit par une élévation de la température du tas. Cette dernière va d’ailleurs faciliter la décomposition de certains déchets plus coriaces.

Micro-organismes
Micro-organismes

 

Article précédent : Le compostage partagé
Article suivant : Valoriser ses biodéchets à la maison
 Retour à la page précédente  Haut de page

Lancer la recherche